Archives de l’auteur : Souffleur_de_reves

Grizzly Bear, le charme timide de quatre new-yorkais

Grizzly Bear est un surprenant quatuor tout droit venu de Brooklyn, à New York. J’aime particulièrement ce groupe pour sa faculté de surprendre à chaque morceau. On retrouve toujours des mélodies calmes, hypnotiques et teintées de Folk, mais pas seulement…

Ils jouent avec les sons et vous transportent dans une multitude de bruits et de mélodies, le tout pouvant parfois paraître entreposé dans un grand bazar où l’on aurait du mal à se retrouver. Mais les membres de Grizzly Bear ont à l’évidence un sens pointu de l’arrangement et maîtrisent parfaitement tout, jusqu’à ce qui peut sembler à la première écoute être des imperfections. C’est justement ce qui fait la beauté de leur musique, qui vogue entre les genres avec goût et élégance.

Plans est extrait de l’excellent album Yellow House. C’est un morceau sombre, triste et pesant mais aussi extrêmement beau. Il est assez représentatif de tout ce qu’ils ont fait mais je le considère comme le meilleur parce qu’il a quelque chose d’un peu bancal qui me touche particulièrement.

Je n’ai pas résisté à l’envie de ponctuer cet article du clip de Two Weeks, morceau emblématique de leur dernier album… Vous comprendrez pourquoi.

Chapelier Fou, étrange et indescriptible

Chapelier_Fou_-_Secret_ Handshake

Chapelier Fou

Louis Warynski, alias Chapelier Fou est un jeune français de la trempe d’Andrew Bird qui fête cette année son 9500è non-anniversaire.

Lorsque l’on écoute ses morceaux, il est impossible de deviner que derrière tout ça, il n’y a qu’un seul homme.
Sur scène il est accompagné de ses machines et sample (enregistre et met en boucle) en live ses parties de violon, de synthétiseur et de guitare. Le tout donnant un incroyable melting-pot stylistique. On peut y retrouver ses influences qui semblent aussi nombreuses que variées et font de sa musique quelque chose d’unique.

Il a sorti deux indescriptibles EP l’année dernière et en Mars cette année son premier album, 613, moins étranges peut-être que ses EP mais forgé dans le même esprit.

Je vous laisse découvrir mon morceau préféré de son magnifique album et, en fin d’article, une version live du moreau éponyme de son premier EP « Darling, Darling, Darling… » .

Ainsi s’achève mon premier article sur Geek de Musique. Je remercie l’équipe de m’avoir accueilli aussi chaleureusement et j’espère que cet article ainsi que tous ceux qui vont suivre vous plairont. (: