Archives de catégorie : Cosy

Ambiance chaude. Détente, avec des amis.

Arcade Fire – Reflektor

Arcade Fire - reflektor


Arcade Fire: un album superbe avec Reflektor

Arcade Fire nous offre un album superbe à la hauteur du précédent (The Suburbs). Rare sont les groupes qui composent encore des vrais «albums» et pas seulement des singles regroupés.

Reflektor est un album magnifique, qui vous transporte merveilleusement. A la première écoute, il m’a fallu attendre une dizaine de morceaux avant d’accrocher à l’ambiance. A la deuxième lecture j’étais accro !!

Je vous propose d’écouter le titre Porno de l’album Reflektor de Arcade Fire:

Meg and Dia (Frampton) – le télé crochet a du bon… COUP DE COEUR – The Voice

Meg and Dia

Du bonheur pour les oreilles et les yeux

Par curiosité, il y a quelques temps, j’ai commencé à regarder l’émission américaine The Voice sur internet. Jugez-moi autant que vous voulez mais la qualité des performances et des artistes vaut que l’on s’attarde sur cette émission ! Déjà les « coaches » sont de vrais artistes reconnus : Christina Aguilera (chacun ses goûts), Adam Levine de Maroon 5, Cee loo green (single Forget you) et Blake Sheldon (Country singer).
L’intelligence de cette émission a été de sélectionner des artistes pas des wannabe chanteurs. Ce sont, sauf quelques exceptions, des artistes ayant déjà fait pas mal de concerts, enregistrements mais qui n’ont pas encore percé.

Cela nous amène à un de mes coup de coeur… Dia Frampton. Avec un ton léger et retenu, elle enchante toute personne à proximité de sa voix ! Ses productions vous rappellera sans doute celles du groupe de Tegan and Sara. Tout d’abord par leur formation similaire (Deux soeurs qui chantent et 3 autres musiciens) et également par leur style pop/folk parfois rock. Personnellement, Dia seule me fait aussi beaucoup penser à Laleh.

Enjoy !

Nicolas Jules, le poète amoureux

Nicolas Jules est un chanteur qui, chose de plus en plus rare aujourd’hui, chante en français. Il a sorti récemment son troisième album Shaker dans la lignée des deux précédents. Ses chansons sont empreintes d’une poésie feutrée et d’un humour décalé qui sont sa marque de fabrication.

J’ai eu la chance de faire moi-même la photo que vous voyez dans un petit bar/restaurant parisien appelé le Limonaire qui a l’habitude d’abriter des concerts où l’on entre librement. Je suis arrivé, après m’être un petit peu perdu sur le trajet, au milieu de la première partie. On ressent tout de suite en entrant l’ambiance chaleureuse et conviviale du lieu, qui avait alors pour fond sonore les cris de
mouettes que David Solinas, accompagné de Loic Manileri son guitariste, faisait pousser au public. Puis Nicolas Jules est arrivé, seul sur la scène minuscule et nous a emporté pour le reste de la soirée.
Nicolas Jules est un artiste qui sait faire vivre ses concert et créé une intimité avec son public grâce à de petites notes d’humour, et autres, entre chaque morceau. Le concert s’achève sur Shake It Montréal dont l’ultime note ne pouvait être que la dernière du concert puisqu’il l’a faite descendre dans les graves en désaccordant sa guitare. Un dernier petit mot et il quitte la scène pour revenir des « coulisses » quelques minutes plus tard fumer une cigarette devant le Limonaire. J’ai eu le droit à une courte conversation et un petit dessin sur une pochette d’album puis comme chaque chose a une fin il a bien fallu prendre le chemin du retour.

Ce fut une soirée très agréable comme j’en revivrais volontiers. S’il est en concert près de chez vous n’hésitez pas une minute, vous passerez forcément un bon moment.

Every time i listen to silly love songs… i go blind

Hootie & the blowfish - i go blind

Cowboy lover ? ... i go blind - Hootie & the blowfish

Je me demande bien combien de fois ce titre a été utilisé à la tv et au cinéma pour illustrer des scènes romantiques. Originalement, ce titre a été écrit par le groupe 54.40 mais rendu célèbre par l’interprétation de hootie & the blowfish pour la série Friends.

La version des Hootie & the blowfish est plutôt très romantique, parfait pour être confortable demain soir avec son compagnon ou sa compagne ; au contraire, la version originale de 54.40 est beaucoup plus mélancolique, spleeny même comme l’inspirent les images du clip. Alors je vous conseille si vous cherchez un titre pour déclarer votre flamme de choisir plutôt celle de Hootie & the blowfish et pourquoi pas d’autres morceaux de ce groupe comme only wanna be with you. Moment niais garanti.

Smashing Pumpkins, Never let me down again (quand les Smahing reprennent Depeche Mode!)

smashing pumpkins geek de musique

Billy Corgan de sa voix inimitable se glisse le temps de quatre petites minutes dans la peau de Dave Gahan. Pour notre plus grand plaisir, il revisite le morceau incroyable par lequel débute l’album « Music For The Masses ».
Par ailleurs, Smashing Pumpkin nous sert certainement le plus étrange de leurs clips… A vous d’en juger !

Beach House, douceur et classe

Beach House est un duo surprenant. En seulement quatre ans et 3 albums, ils sont parvenus à devenir un groupe incontournable de la scène indépendante. Originaire de Baltimore, cette formation franco-américaine est souvent citée dans les 10 meilleurs albums de 2010.

Le nom de leur dernier effort, « Teen Dream », détaille parfaitement le son cotonneux et rêveur d’un groupe qui se veut hors du temps. Des rythmes lents, des échos chaleureux, on peut sentir à chaque instant l’instrumentalisation millimétrée de cet album concept. « Zebra », la première chanson de l’album, est une superbe ouverture. La voix et la guitare se suivent pour finir dans une parfaite orchestration du refrain. « Walk in the park » met en valeur le timbre exceptionnel de cette chanteuse qui rappelle parfois celle de Katie Sketch, la vocaliste de The Organ. Ce n’est pas pour rien d’ailleurs que l’orgue se fait entendre sur la majorité des chansons. L’album se tient très bien dans son ensemble avec peu de chansons médiocres. La perle de ces dix titres se nomme « Real Love ». C’est une ballade sentimentale au piano littéralement transpercée par la voix de Victoria Legrand. Un chef d’œuvre

Mon amour pour James Blake ne connaît aucune limite

James Blake au Off Centre Festival, Photo de Rene Passet (http://www.flickr.com/photos/passetti/)

Avec un pseudo comme le mien, ce n’était qu’une question de temps avant que je ne suggère une reprise. Originellement écrite et chantée par la canadienne Feist, The Limit to Your Love est ici totalement réinterprétée par le jeune anglais. D’une chanson légère et entraînante, teintée de mélancolie, on passe à un morceau triste pour ne pas dire déprimant, le dubstep y ajoutant un effet inquiétant.

Ne me demandez pas quelle version je préfère, tout dépend de mon humeur et du moment. Celle de Feist un samedi matin de printemps, celle de James un dimanche soir hivernal. C’est donc la voix de James Blake qui me hante dernièrement, et que je vous suggère d’écouter avec un casque audio pour un effet optimal.

The Jazz Crusaders – un tour en ville et quelques Hard Times

jazz crusaders Geek de musique

Si vous êtes sur Paris et que vous êtes de mauvaise humeur, vraiment je ne vous comprend pas ! Il fait beau, le ciel est bleu, un peu plus et j’oublierai que nous ne sommes pas sur la Côte d’Azur ! C’est le moment idéal d’aller faire une promenade sur les bords de seine alors que le soleil est à son couchant. Pour votre balade, Hard Times, originalement publié dans l’album Old Socks, New Shoes… New Socks, Old Shoes en 1970 par les Jazz Crusaders est la parfaite bande originale.

Si vous avez la chance d’avoir un abonnement deezer, je vous conseille de lancer une smart radio sur Crusaders ! Pour ma part, j’ai le plaisir de posséder un de leur disque en vinyle. Je me régale. J’espère que vous en profiterez autant.

Pour ceux que les applaudissements ne dérangent pas, je vous suggère d’écouter aussi la version live de 1974.