Archives par étiquette : Amanda Fucking Palmer

I google you… amanda palmer (so many times !)

Amanda Palmer i google you

Tard le soir quand je n'ai rien d'autre à faire, effectivement je google Amanda Palmer !

Voila qu’une personne – un ami mettons – vous demande de manière incongrue quel est l’artiste qui vous inspire et vous fascine le plus ! Je ne sais pas comment vous réagissez à ce genre de questions mais, moi, la plupart du temps, j’ai l’air d’une otarie qui attend qu’on la nourrisse, la bouche ouverte. J’écoute tellement d’artistes différents tous les jours que choisir un artiste devient aussi stupide que de choisir de quel organe on veut se séparer. Il n’y en a pas un moins bien ou moins nécessaire que l’autre. C’est un tout, un système, un univers. Le choix est impossible. Entre Mathias Malzieu, Mathieu chedid, Steven Morrissey, Sid Vicious, Dolores O’riordan, Gala, Sharleen Spiteri, et… Amanda Palmer.

Amanda Palmer auquel je voue une très grande admiration depuis que j’ai écouté pour la première fois Coin Operated Boy dans un couloir de lycée au son grésillant d’un téléphone portable. Peut être même que, en supposant que le sort du monde en dépende et qu’il me faille vraiment ne garder qu’un artiste, Amanda Palmer me conviendrait.

J’ai d’ailleurs tellement tapé dans google et mon navigateur « Amanda palmer » que la lettre « A » suffit à amener le résultat… Cela me paraît donc être un juste retour des choses que de mettre en avant l’artiste et notamment ce titre incroyable au piano, dont les paroles écrites par son fiancé Neil Gaiman évoquent justement le phénomène « to google someone ».

Donc … I Google You d’Amanda Palmer, maintenant pour votre plaisir !